accueil



Accueil
Musée Jeanne d'Arc
Fèves artisanales
L'ébénisterie
Gastronomie
Gîtes ruraux
Chambres d'hôtes
Antiquités-Brocante
Compostelle
La Nature
Les alentours
L'église St Remy
La basilique
Le passé celte
Les faïences bleues
La boutique de souvenirs
Jeanne d'Arc

Liens intéressants
Nous contacter

 

 

 

 

 

 

 






 

Après une éclipse de plus de quatre siècles, on assiste au milieu du XIXe siècle à l’expansion soudaine d’un culte patriotique en l’honneur de Jeanne d’Arc, dans l’histoire, la littérature et les arts.

Au Bois-Chenu, un hêtre séculaire, “le Beau May”, s’élevait à proximité de la “Fontaine des Fiévreux”, où Jeanne disait avoir entendu ses Voix. En souvenir de quoi, au XVIe siècle, une chapelle avait été érigée par Étienne Hordal, chanoine de la cathédrale de Toul et arrière-petit-neveu de Jeanne.

Au XVIIe siècle ce sanctuaire était en ruine. Il ne restait qu’une clef de voûte et une statue de Jeanne d’Arc actuellement au Musée de la Maison natale.

C’est à cet endroit qu’après bien des hésitations, on devait ériger le mémorial de Jeanne, dont la première pierre fut posée en 1881.

Propriétaire du terrain, le diocèse de Saint-Dié fit appel aux Pères Eudistes pour gérer les travaux et organiser les pèlerinages.

Dès 1883, la crypte était construite, ainsi que le porche constituant la base de la tour. Dès 1891, un vaste chantier va monter en moins de dix ans : le clocher, la nef et l’Aumônerie des Pères Eudistes.

En 1920 le comité du Bois-Chenu entreprit de réaliser le second plan qui allait doubler l’église en surface, par l’adjonction d’un large transept et d’une abside, donnant ainsi naissance à l’église nationale Sainte-Jeanne d’Arc, puis en 1939 à la Basilique Sainte-Jeanne-d’Arc.

Les travaux de construction se terminèrent en 1943 avec l’installation des grandes orgues, puis en 1945, avec la réalisation de l’escalier d’honneur, appelé “escalier de la paix”.

La Basilique Sainte-Jeanne d’Arc est une propriété privée, c’est la raison pour laquelle elle ne reçut aucune subvention des autorités publiques. Elle fut érigée uniquement par des dons venus de toute la France, ainsi que de l’étranger.

 Le sanctuaire a fière allure en dépit de son style composite. Au-dessus de trois arcades, le premier étage s’éclaire de fenêtres avec une loggia pour la prédication des grands jours. Dans le beffroi, depuis 1897, cinq cloches chantent à tous les vents. La flèche traverse symboliquement une couronne en souvenir des armes de Jeanne d’Arc.

 Une statue de saint Michel dominait le dôme central (il fut descendu en attendant une éventuelle restauration).

st michel

Sur l’esplanade nous y trouvons le groupe Allar (Jeanne et ses Voix), la très belle statue de Jeanne sculptée par Paule Couteau, ainsi que les statues de Jacques d’Arc et Isabelle de Vouthon, les père et mère de Jeanne.

La crypte

Construite sous la nef de la Basilique, la crypte fut, en 1891, dédiée à Notre-Dame des Armées. Elle était en effet le siège de la Confrérie érigée sous ce nom et avait reçu un aménagement de chapelle votive funéraire.

En 1968 les Pères Eudistes se sont employés à “débarrasser” le mobilier et le décor : Les toiles de Monchablon représentant l’armée de Terre et de Mer sont remisées ; la statue de N.D. des Armées est supprimée, etc. Seule la statue de N.D. de Bermont resta en place.

nd bermont

La nef

Nous accédons à la nef en empruntant l’escalier de la paix, dont la rampe est décorée des armes des principales villes marquées par le passage de Jeanne d’Arc.

Notre premier regard se dirige sur le splendide plafond imitant les basiliques romaines, avec ses poutres transversales en bois. Les couleurs dominantes sont le rouge et l’or (couleurs de la Lorraine). Les croix de Lorraine alternent avec les armes de Jeanne d’Arc.

nef de la basilique

Nous remarquons ensuite les trois travées éclairées de baies géminées (six baies) ornées des armes de généreux donateurs.

Placées en dessous de ces baies, six toiles peintes par Lionel Royer entre 1910 et 1913, sont marouflées sur les murs, tout au long de la nef :

I – Au Bois-Chenu tous les détails sont historiques : le paysage et la fontaine, le Beau May, avec la ronde joyeuse sous les yeux de Pierre de Bourlémont et de Béatrix, son épouse.

II – À Chinon, la comédie grotesque si bien déjouée par l’intuition féminine : Jeanne reconnaît le Dauphin déguisé, qu’elle n’a jamais vu !

III – Le 8 mai 1429 Jeanne est accueillie triomphalement à Orléans libéré.

IV – La bataille de Patay : Scène de combat d’un réalisme et d’une vigueur incomparables. Jeanne charge, son étendard à la main.

V – Le sacre de Charles VII à Reims : Évocation pleine de vie des acclamations qui saluèrent le couronnement. Au milieu de l’enthousiasme général Jeanne tient son étendard à la main. “Il avait été à la peine, il était juste qu’il fut à l’honneur”.

VI – Le supplice de Rouen : La scène d’horreur du bûcher, que fait ressortir davantage encore l’impassibilité des Anglais. L’émotion de la foule et des juges au deuxième plan parle éloquemment au cœur.

Dans le transept nous verrons deux autres toiles :

VII – La première communion de Jeanne dans l’église de Domremy. Cette composition imaginaire ne reflète pas l’ambiance de l’époque et le peintre n’a pas respecté le style architectural de l’église du village.

VIII – La dernière communion de Jeanne : Cette scène est très émouvante. Tout s’accorde pour engendrer la pitié… Les moines suppliants… Le mépris, les ricanements des gardes anglais… Une jeune fille recevant l’hostie pour la dernière fois… L’apparition des Voix.

Lorsque nous sommes dans la nef, nous apercevons deux autels aux extrémités de celle-ci. Voici l’explication : Le plan initial ne comportait pas de transept ; le chœur se trouvait sous la tour, à l’est, avec un autel dédié à saint Michel. À la reprise des travaux en 1890, ce plan parut insuffisant. On décida de construire un transept et une abside à l’ouest, qui abriterait l’autel de Jeanne d’Arc.

Le transept et l’abside sont articulés par une vaste coupole sur pendentifs.

La mosaïque absidiale en cul-de-four

mosaique abside

Elle fut réalisée en 1929, par les Établissements Lorin de Chartres, d’après les cartons du Lorrain Pierre-Dié Mallet.

Le Père éternel, assisté du Saint-Esprit transmet son message à saint Michel, qui de concert avec les saintes Catherine et Marguerite, en fait part à Jeanne debout sur son piédestal de l’autel majeur.

 autel de jeanne

L'autel de Jeanne d'Arc

De part et d’autre sont dessinés des personnes qui ont travaillé à la glorification de Jeanne d’Arc.

À droite, de droite à gauche :

Le maréchal Foch ; le Père Létendard ; Paul Sédille ; Mgr. De Briey ; Mgr. Dupanloup ; le chanoine Bourgaut et Étienne Hordal.

À gauche, de droite à gauche :

Mgr. Foucault accompagné de son porte-crosse ; le pape Pie XI ; Mgr. Sonnois ; le chanoine Cousot ; Mgr. Curien et le Père Lajoie.

La mosaïque hémisphérique de la croisée du transept

Installée en 1934 par les Établissements Lorin de Chartres d’après les cartons de Henri Pinta, elle évoque l’apothéose de Jeanne.

Du bûcher de Rouen, l’héroïne vêtue de sa robe de sainteté s’élève en direction du ciel où trône la Trinité. Elle est accueillie par la Vierge et par ses conseillers : saint Michel, sainte Catherine et sainte Marguerite, ainsi que par de nombreux autres saints et saintes de France, à la tête desquels figurent saint Louis et Charlemagne.

coupole

Les deux mosaïques des absidioles du transept sont également  des Établissements Lorin de Chartres, d’après les cartons de Henri Pinta. Au nord, le Christ-Roi ; au sud, Notre-Dame de Bermont.

La statue du Christ-Roi est de Pierre-Dié Mallet.

 Pour terminer nous dirons que ce splendide monument national de la reconnaissance française à Jeanne d’Arc symbolise l’Épopée johannique. Il est comparable à un grand livre d’Histoire de France ouvert à toutes les pages.

 

Nous devons cet article particulièrement bien documenté à la plume de notre ami Bernard Mugnier, qui est le rédacteur de l'ouvrage de référence sur la Basilique de Domremy, ainsi que d'un splendide livre sur la statuaire de Jeanne!


haut de la page